© Anthony Arquier

Wilhem Latchoumia
piano

 

Singulier pianiste que Wilhem Latchoumia : il se confronte avec autant de bonheur et de charisme à la création contemporaine et au grand répertoire. Concevoir des programmes sortant des sentiers battus, telle est la signature du musicien français, qui marque les esprits par sa capacité à instaurer d’emblée une jubilatoire connivence.

En France, Wilhem Latchoumia se produit régulièrement au Théâtre des Bouffes du Nord, à l’Opéra Comique, à la Cité de la Musique, au CENTQUATRE, à l’Auditorium du Musée d’Orsay, au Théâtre d’Orléans, mais aussi au Capitole de Toulouse, sur les scènes des opéras de Lyon, Saint-Etienne, Dijon, ainsi qu’à la Fondation Royaumont qui l’a accueilli en résidence. Il est l’invité du Festival international Piano aux Jacobins à Toulouse, du Festival international de Piano de La Roque d’Anthéron, du Festival international de Besançon, du Festival international Musica de Strasbourg, du Festival Messiaen au pays de la Meije, de la Biennale Musiques en scène de Lyon (GRAME), du Lille Piano(s) Festival…

A l’étranger, le public a entendu Wilhem Latchoumia dans le cadre du festival Retour au pays natal en Martinique, du Festival de Gubbio en Italie, du Festival Young Euro Classic de Berlin, du Festival Xeraciòn et de la Quincena musical de San Sebastian en Espagne, dans la Salle Philhamonique de Liège, mais aussi à New York (Institute For Contemporary Performance, Mannes College), au Beijing Modern Music Festival et à Shangaï, de même qu’à Buenos Aires lors du Festival Encuentros. Ses tournées l’ont mené au Liban, en Grèce, Turquie, Estonie, Biélorussie, Pologne, Chine, Corée, en Amérique du Sud et aux Etats-Unis.

Wilhem Latchoumia joue en soliste sous la direction de Gilbert Amy (Stravinsky), Peter Csaba (Messiaen, Bartòk, Amy), Fabrice Pierre (Berg, Messiaen), avec l’Orchestre Symphonique de Rostow (Andrei Galanov) et les orchestres philharmoniques de Séoul et de Daejean, ainsi qu’avec l’orchestre du Teatro Colon. Il se produit également avec l’Orchestre Philharmonique de Radio France (Pascal Rophé) et l’Orchestre National de Lille (Paul Polivnik). Au printemps 2013, il a fait ses débuts avec l’Orchestre National de Lyon (Peter Rundel) dans le concerto d’Unsuk Chin, dont il avait assuré la création française avec l’Orchestre National de Lille (Jean Deroyer) en 2007. Il collabore avec le Tokyo Sinfonietta (Yasuaki Itakura), l’Ensemble Orchestral Contemporain (Daniel Kawka), les ensembles Ictus et Linea, le Quatuor Tana, l’altiste Christophe Desjardins…

Le goût de Wilhem Latchoumia pour la création contemporaine lui vaut les faveurs de compositeurs tels que Pierre Boulez, Gilbert Amy, Gérard Pesson, Philippe Hersant, Michael Jarrell, Jonathan Harvey, Pierre Jodlowski, Karl Naegelen, Francesco Filidei, José Manuel Lopez-Lopez, Samuel Sighicelli, Oscar Bianchi, Franck Bedrossian… Il est l’instigateur et l’interprète d’une création autour de Daughters of the lonesome Isle de John Cage ; soutenue par Royaumont, cette production continue de tourner en France et à l’étranger.

Wilhem Latchoumia a obtenu au Conservatoire National de Musique et de Danse de Lyon (classe d’Eric Heidsieck et Géry Moutier) son Premier Prix à l’unanimité, avec les félicitations du jury. Il a terminé sa formation avec Géry Moutier en classe de perfectionnement. Elève de Claude Helffer, il a également suivi les master classes d’Yvonne Loriod-Messiaen et Pierre-Laurent Aimard. Il est titulaire d’une licence en musicologie. Lauréat de la Fondation Hewlett-Packard et du 12e Concours International de Musique Contemporaine Montsalvatge (Girona, Espagne), il a brillamment remporté le Premier Prix Mention Spéciale Blanche Selva ainsi que cinq autres prix du Concours International de Piano d’Orléans 2006.

Son dernier disque sorti le 9 septembre 2014 sous le label La Dolce Volta, consacré à Wagner et ses transcripteurs, a été réalisé à la faveur d’une tournée soutenue par le Palazzetto Bru Zane de Venise. Il succède à deux opus particulièrement salués par la critique : « Piano & electronic sounds » (Sisyphe), récompensé par un Choc du Monde de la Musique, et « Impressoes » (Sony BMG/RCA), auquel ont été décernés un Choc du Monde de la Musique, un Diapason d’or et le titre de « meilleur enregistrement » par la revue Audio Clasica. 

http://www.wilhemlatchoumia.com/