GRANDE SOIRÉE BELLE SAISON 2021

Programme

Programme n°1

avec Jean-Frédéric Neuburger, piano
Jean-François Heisser, piano

Karlheinz Stockhausen 
Mantra pour deux pianos et électronique (1970)

***

Programme n°2 

avec Jean-François Heisser, piano
Pierre Fouchenneret, violon
Marc Coppey, violoncelle

Maurice Ravel 
Trio avec piano, en la mineur

***

Programme n°3

avec le Quatuor Van Kuijk

Felix Mendelssohn Bartholdy
Quatuor à cordes en la mineur Op. 13
Quatuor à cordes en ré majeur op.44 n°1

Stockhausen - Mantra

Après des débuts fulgurants au piano, Jean-Frédéric Neuburger s’est tourné vers la composition et défend aujourd’hui la création avec ardeur. Pour cette soirée exceptionnelle, il collabore avec son ancien professeur, désormais partenaire d’élection et pianiste accompli, Jean-François Heisser. Les deux interprètes font découvrir une œuvre historique, emblématique de l’effervescence du siècle passé : Mantra de Karlheinz Stockhausen.

Renouveau du langage, virtuosité digitale, évolution de l’espace sonore désormais spatialisé sont autant de gestes emblématiques de Mantra et de Stockhausen, maître à penser de la modernité au vingtième siècle. L’œuvre porte la promesse d’une expérience totale amplifiée par l’espace de l’informatique. « Parce que la vraie poésie est action, elle crée des vides dans la conscience — tant de murs, de barricades nous entourent ! Le réel peut alors entrer : c’est un mantra du réel, une initiation » écrit le poète Satprem cité par Stockhausen. Initiation, donc, que ce mantra incarné par l’énergie vitale des deux pianistes et par les échos de l’informatique qui entourent les spectateurs. Entre sons réels et sons modulés, entre sons instrumentaux et sons informatiques, immenses et immersifs sont les espaces ouverts par Mantra.

---

Trio de Maurice Ravel

Trois solistes français s’emparent de l’un des Graal de la musique de chambre : l’œuvre rare et précieuse de Maurice Ravel. Jean-François Heisser, Pierre Fouchenneret et Marc Coppey ont en commun la passion du répertoire et de la transmission. Ces trois pédagogues accomplis font entendre Ravel au plus profond de sa complexité et de son génie harmonique. Un retour aux sources, une remise en question des traditions d’interprétation qui offre une nouvelle jeunesse à ces œuvres emblématiques de l’école française.

Ravel écrivit peu. Dans le domaine de la musique de chambre, son legs, d’un nombre limité, s’avère pourtant d’une richesse incomparable : un septuor, un quatuor, deux sonates et un trio achevé en 1914, dans lequel se déploie la maîtrise instrumentale du compositeur français. Les trois interprètes en font l’œuvre maîtresse de leur collaboration. Références à la poésie de Malaisie sublimée par Baudelaire dans le Pantoum – Ravel connaissait la sublime Harmonie du soir –, rythme obsessionnel d’une passacaille, motifs empruntés au folklore basque que le musicien, originaire de Ciboure par sa mère, connaissait depuis l’enfance. Tradition poétique si chère à la culture française, défis formels et souvenirs du passé… Cet hommage à Ravel est une invitation à sillonner les territoires intimes du compositeur.

---

Quatuors de Mendelssohn

Le Quatuor Van Kuijk rejoint La Belle Saison pour célébrer une figure majeure du romantisme, Felix Mendelssohn, avec l’intégrale de ses six quatuors à cordes. Une série de résidences et de concerts sur deux saisons, prolongée par deux disques à paraître chez Alpha qui témoignent du génie de Mendelssohn, de ses héritages et de son influence auprès de ceux qui lui succèdent. Du souffle de Beethoven dans le Quatuor en la mineur (1827), au lyrisme sans équivalent de la maturité́ dans l’opus 44 (1837), les quatuors de Mendelssohn redonnent un nouvel élan au genre.

Agenda

Lundi 28 juin 2021 — 18h La Grange au Lac - Evian